Médéric Turay raconte l’Afrique en peinture

10
L’artiste ivoirien exposé à la BCK Art Gallery de Marrakech
Jusqu’au 31 mars 2016
Le Maroc, fil conducteur de ses dernières toiles

– See more at: http://www.leconomiste.com/article/982608-mederic-turay-raconte-l-afrique-en-peinture#sthash.IUceRz8S.dpuf

agrique_peinture_081Comme un air de Jean-Michel Basquiat. De l’engagement, de la couleur, du relief, les toiles de Médéric Turay ont tous ces pouvoirs. Ce jeune artiste ivoirien, déjà bien installé dans le coeur des collectionneurs et des galeries, est exposé à la BCK Art Gallery de Marrakech jusqu’au 31 mars 2016. “Unlimited Morocco” est un hommage à celui qui attire l’attention du monde entier en combinant les allusions pour mieux raconter l’histoire de l’Afrique. Le visage du continent se dessine notamment avec “Les nouveaux dandys”, véritable phénomène au Congo et en Côte d’Ivoire, où s’habiller “est leur manière à eux d’exister publiquement, d’être quelqu’un”. L’art pour décrire les sociétés, pour clamer les attentes de ceux que l’on n’entend pas. Le travail de Turay en est un parfait exemple. Pendant 1 mois, l’artiste s’est installé en résidence à Marrakech où il a produit une série de tableaux influencés par le Royaume. “Le miroir de l’enfance” porte les souvenirs bons et mauvais de cette période de la vie, “La voix des jeunes” nous montre leurs espoirs d’opportunités, ou encore la toile appelée “Le mythe du 212”, véritable hommage à un Maroc “en constante progression, riche de son éternel bon vivre”. Turay regarde autour de lui et interprète sa pensée en peinture. Une sorte de carnet de voyage.
Cette passion artistique date de son enfance. C’est à l’âge de 4 ans qu’il émigre aux États-Unis avec ses parents et commence à s’intéresser au dessin. De retour dans son pays natal, la Côte d’Ivoire, en 1995, il entame des études d’arts plastiques. Il excelle, cumulant les concours et les prix, allant même jusqu’à être élu meilleur jeune plasticien d’Afrique de l’Ouest en 1999. A seulement 20 ans. Sa méthode? Le mélange de matériaux traditionnels, comme le bois, et de techniques modernes. Sa nouvelle vision du street art définit sa signature artistique baptisée “Traces”, une fusion entre l’art occidental et africain.
Une bonne nouvelle donc de voir émerger de plus en plus d’artistes africains sur le marché de l’art international. Médéric Turay fait partie du haut de l’affiche. Grâce à son talent bien sûr, mais aussi à sa persévérance et à ses ambitions. Le pouvoir du “croire en soi” en quelque sorte.
Stéphanie JACOB

– See more at: http://www.leconomiste.com/article/982608-mederic-turay-raconte-l-afrique-en-peinture#sthash.IUceRz8S.dpuf

0 thoughts on “Médéric Turay raconte l’Afrique en peinture”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *